Une bonne balade.

Gogo

Rose adore marcher. Alors on marche.

Chaque week-end, on explore Paris, on se promène, on visite. Elle emporte toujours un doudou, car malgré ses 16 ans, elle a besoin d’avoir un objet dans la main ou, plus souvent, dans la bouche. Les doudous qu’elle préfère sont achetés par son père à la boutique du zoo de Vincennes, elle les adore.

(Faisons comme si nous n’avions jamais entendu parler de ce conte où une sale gamine crache des crapauds et des serpents quand elle parle, ça m’arrangerait : « hé bien ! lui dit la fée, puisque vous êtes si peu obligeante, je vous donne pour don qu’à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou un serpent ou un crapaud » D’abord que sa mère l’aperçut, elle lui cria : « Hé bien, ma fille ! – Hé bien, ma mère ! lui répondit la brutale, en jetant deux vipères, et deux crapauds. – Sa propre mère la chassa de chez elle ; et la malheureuse, après avoir bien couru sans trouver personne qui voulût la recevoir, alla mourir au coin d’un bois. Merci Charles Perrault, toujours au top.)

Nous n’avons, Axel et moi, presque plus aucun problème avec le regard des passants sur ce sujet, ou plutôt sur ce serpent que Rose avait ce jour-là choisi de mâchouiller en toute décontraction. Nous voilà partis, tous les trois, il fait beau, nous sommes de bonne humeur, tout va bien. Je commence par aller chercher un colis à la poste. Munie de toutes les pièces justificatives nécessaires, je réclame mon paquet que la préposée part chercher derrière cette porte mystérieuse où sont entreposées toutes ces merveilles que nous commandons. Elle revient bredouille, un sourcil froncé. Mon colis n’est pas ici. C’est bizarre.

Nous patientons le temps de l’enquête, rapidement menée : au lieu d’être acheminé rue de Montreuil à Paris, mon paquet a été stocké rue de Paris à Montreuil. Désolée, dit la dame. Pas grave, on va aller à Montreuil, justement on cherchait un but de balade, aucun problème. (La dernière fois, le facteur m’avait livré, tout content, un colis que j’avais moi-même envoyé parce qu’ils avaient confondu l’adresse du destinataire avec l’adresse de l’expéditeur donc je m’habitue peu à peu à ces tracasseries).

En route, donc, vers Montreuil, nous passons devant un Sephora (ou un Marionnaud) et Axel, qui n’a plus de parfum, entre pour en acheter. Je l’attends à l’extérieur avec Rose car l’odeur de tous les parfums mélangés me donne la nausée. Et c’est le moment précis que choisit ma fille pour renouer avec sa bonne vieille habitude de piquer une crise de nerfs démente sans aucune raison ni aucun signe précurseur. Elle pète les plombs, comme au bon vieux temps, sous le regard interloqué des passants.

Tout en essayant de me tuer à mains nues, elle mord très fort dans son serpent qu’elle finit par éventrer. Ledit serpent est secoué comme un damné, en projetant des milliards de micro billes de polystyrène et de grands jets de bave enragée un peu partout. Et là, comme une imbécile, je veux appeler Axel à la rescousse et je crie « j’ai un problème de serpent !!! » vers l’intérieur de la boutique. Tous les clients, les vigiles, les vendeuses se retournent et me fixent, horrifiés.

Le serpent en lambeaux est par terre, j’essaye de contenir ma fille qui, elle, ne se contient plus du tout et m’entraîne dans une lutte acharnée dont je distingue mal l’issue. Rose n’est plus un bébé et je n’arrive pas, physiquement, à reprendre le dessus. Les passants s’arrêtent, médusés. Axel sort en trombe du magasin avec un grand verre d’eau qu’il jette à la figure de Rose. C’est la seule méthode efficace pour arrêter les crises mais notre public, qui l’ignore, redouble d’indignation muette et réprobatrice.

Après quelques minutes interminables, elle se calme enfin. Une passante compatissante s’approche de moi et me propose un kleenex. Je veux bien. Elle farfouille dans son sac, relève la tête et me dit, très désolée « je n’en ai pas ».

Nous rentrons à la maison, penauds, sales, tristes et sans avoir récupéré mon colis. Je demande à Axel s’il a eu le temps d’acheter son parfum. Oui. Mais, chamboulé par les évènements, il a pris sans faire attention une édition spéciale (même flacon, presque même nom) – qui pue.

C’était une sacrée belle balade.

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

9 réflexions sur “Une bonne balade.

  1. J´adore cette histoire. J’adore surtout savoir que notre famille n´est pas la seule à qui il arrive des histoires pleines de bave (c´est light la bave!) et d´enfants difficiles à maitriser. Merci de partager!

  2. Elisabeth ne mache pas mais depuis l’année dernière elle bavasse et avec les doigts dans la bouche joue avec la bave.. on s’en passerait. Elle m’a tellement fait marcher depuis ses 6 ans et au pas de course que l’on vient de me poser ma deuxième prothèse de genou ! heureusement avec l’adolescence elle se promène plus paisiblement et je vais pouvoir recommencer à marcher 🙂
    Je viens de sortir de l’hosto et j’ai commandé rue des boulets. Amitiés , Juliette-

    1. Et qui s’est tapé les 3km pour aller à l’IME à pied ce matin ? c’est bibi !!! (Et Rose, dont le chauffeur ne veut plus)… :-))

  3. merci et surtout bravo de nous faire rire ….ta poulette est bien mignonne (quand elle ne bave pas ! )
    Pour la poste, garde courage, le nœud papillon commandé par Julien pour son mariage le 22 août. …n’est toujours pas arrivé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *