Tablette or not tablette

Gogo

Après la Guadeloupe, il restait encore malheureusement une deuxième semaine de vacances scolaires avec enfants. Pour ceux d’entre vous qui arrivent, bonjour, bienvenue, des enfants j’en ai plus ou moins 4, une ado handicapée de 14 ans et trois Toufaits qui possèdent chacun leurs qualités et, ma foi, leurs petites particularités sympathiques ah ah.

Pour cette deuxième semaine de vacances, nous avons émigré chez mes parents à la campagne, avec un couple d’amis et leurs deux enfants. Sur place, il y avait aussi mes deux neveux sans leurs vieux (pas cons), le bidibulle de 2 ans (en pleine crise d’ado) de ma sœur (pas là non plus) et les fils de mon cousin qui habitent en face et qui squattent notre baraque H24 (et ils ont bien raison, bonjour la méga cousinade, j’aurais fait pareil).

Et là, mon frère, (qui n’est pas là, donc) et mes parents ont décrété que PAS DE TABLETTE.

Rhâ vazy, les tablettes, nous, on en A BESOIN.

Rose étant une fois de plus en crise de je ne sais quoi (très agitée, très collante, très reloue et surtout très matinale) il a bien fallu que j’assure le service avec un petit jetlag de 6h (dans le mauvais sens) en travers de la tronche. Elle se lève à 4h du matin. Moi aussi, donc. Alors, si vous croyez qu’à cette heure-là on va faire des puzzles en bois, les gars, je vous détrompe tout de suite : on se tape 5h de Vampirina et de pyjamasks sur la tablette prévue à cet effet en attendant que tout le monde se lève. Il y a aussi corvée de bois en solitaire, dehors en pantoufles, dans la nuit froide et obscure pour rallumer le poêle qui chauffe la pièce (à 14 degrés quand je me lève), le tout arrosé d’un bon Nescafé bien dégueu (machine à vrai café en panne). Cosette, quoi.

illustration vampirina

Camille, le fils aîné d’Axel, lui, est en pension et n’attend qu’une seule chose, les vacances, pour regarder sur YouTube Norman, Cyprien et des mecs qui testent le tranchant de leurs sabres sur des cochons morts. Et nous, on s’en fout. On l’éduque toute l’année, il n’a pas d’écran chez sa mère non plus, alors les vacances c’est pour tout le monde. On lui a demandé de s’isoler quand il regarde ses trucs pour ne pas dégoûter les autres et puis basta.

10 mômes de 10 ans (âge moyen), ça se gère comme une bande de gilets jaunes en excursion à Paris. Il faut les prendre par la main, les accompagner et leur proposer des mesures gouvernementales auxquelles ils adhèrent, sinon ils cassent tout. Ma mère a pris les devants et organisé des Olympiades. Alors, là, respect. On va bien se marrer. Nous voici tous en route pour la forêt, avec, au programme : Chamboule-tout, tir à l’arc, circuit de vélo chronométré et quilles Mölkky En équipes.

On trouve un coin sympa, on s’installe, on déballe tout, on organise le circuit de vélo, on dispose les quilles, on crée le champ de tir, on empile les boites de conserve (que mes parents achètent, mangent et collectionnent depuis des mois pour cette occasion). Une fois que tout est prêt, nous voyons une colonne de voitures débouler, larguant des mecs en orange fluo tous les 50 mètres. Une chasse entière débarque dans notre clairière et quadrille le bois au bord duquel nous nous trouvons. Il faut dégager, malgré la belle tentative d’obstruction de ma mère et de ma tante (« on était là avant vous »). Comme le mec qu’on essaye d’intimider a un fusil dans les mains, finalement on change de lieu, déjà pas mal gelés.

On ré-installe tout et on recommence. Mais Camille trouve que le vélo est trop petit pour lui. Paul le trouve trop grand, lui, ce vélo. Emile n’a pas envie. Et Pauline a le bras dans le plâtre. Augustin a trop froid, il veut rentrer. Il pleure. Félix et Léonard se filent des beignes. Antonin teste le parcours à vélo, tombe, se tord la cheville. Il pleure. Tout le monde s’énerve, Axel rigole, ma mère l’engueule.

On abandonne l’épreuve du vélo (hin hin hin) et on passe au tir à l’arc. Emile explique aux autres comment on doit se positionner pour tirer. Les autres s’en foutent et font n’importe quoi. L’équipe A commence à insulter l’équipe B. Camille organise un foot avec les boîtes de conserves du chamboule-tout pendant qu’on ne regarde pas, Félix et Paul font une cabane et mon père commence un peu à s’énerver. En réponse à ses réprimandes, un « pauvre mec » (sic) fuse parmi l’assistance. Silence de mort. Il fait -3 degrés, le vent se lève et fait tomber les boîtes de conserves restantes, ce qui occasionne une diversion assez bienvenue.

Antonin veut faire une balle au prisonnier avec la boule en bois des quilles. Rose a trop froid et va s’enfermer dans la voiture pour écouter Berry FM. Mon cousin abandonne et remballe ses deux mômes à chandelles vertes à la maison pendant que les autres shootent dans les quilles Mölkky (ils ont perdu la boule dans les bois, en fait, désolé).

illustration enfantsFinalement, le gouvernement décide de passer à la partie intellectuelle des olympiades : des questions au coin du feu, avec un goûter. (« Quelle est la feuille représentée sur le drapeau du Canada ? La feuille de sirop d’érable ! »). Mon père, pas rancunier,  leur a ensuite appris à jouer au bridge (avec des cartes) et comme ils n’arrivaient pas à bien tenir leurs cartes, ils ont continué la leçon sur la tablette.

Et après, ils ont regardé un film.

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

17 réflexions sur “Tablette or not tablette

    1. Bibounou n’a PAS été abandonnée dans la forêt parce que c’est la chouchoute et que les parents ont eu peur que les autres ne la mangent. Je vais rectifier illico mon article pour dire que TOI NON PLUS tu n’étais pas là.

  1. Je vous suggère de les emmener tous en croisière : pas de bouffe a faire, des distractions a gogo, très pratique !
    C’est ce que nous ferons en octobre prochain avec 5 loupiots, de 4 a 16 ans.

  2. Tiens, je n’avais pas pensé à apprendre à mes enfants à jouer au bridge …. ? Déjà qu’ils nous prennent pour des dinosaures, et continuent à nous demander si, quand nous étions enfant, il y avait déjà l’électricité …. je vais leur proposer le bridge …

  3. Canon, comme d’habitude. Bon je me suis bien marré… ca n’arrive pas qu’aux autres, cela me rassure. En tout cas pour un vendredi glacial, ça m’a guéri de la lecture du dernier Houellebecq. C’est pas des BD que tu devrais faire, c’est des médicaments ! Et ça serait remboursé par la sécu. Mieux que les vitamines 🙂

  4. Zoë, ça me rappelle mon passé au bois de Boulogne. Encore heureux quand on les ramène tous entiers.
    Bravo pour ta traduction en latin ! Et Aude, qu’est elle devenue dans tout ça ? Je t’embrasse, belle-sœur, et prends des vacances quand tu auras fini de tout ranger…

  5. Zoé, tu aurais pu inventer une chasse à courre en expliquant aux chasseurs en gilets rouges que trois enfants avaient fui dans la forêt pour s’amuser et que vous ne les retrouviez pas. De là un des gilets rouge auraient sonner l’alerte auprès des autres et alors la chasse à tir se serait transformée en chasse à l’homme tout court pour retrouver les « soi-disant » fuyards.
    Un après-midi fantastique et plein d’imprévus aurait enchanté les toufaits, les jeunes à peine sevrés, les parents intrépides, les grands-parents inquiets!!!
    Juste le risque de se faire un peu engueuler à la fin pour avoir raconté un gros BOBARD!!! Mais enfin a lot of fun tout de même..
    Manou (le seul, le vrai)

Répondre à ODILE MAUDUIT Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *