Une pépite

Métro

L’ATELIER DE NICOLAS SCHÖFFER

Paris Face Cachée est un cycle de visites atypiques de la capitale, dans des endroits privés ou inaccessibles au public habituellement. Les places, peu nombreuses, se sont vendues en 10 minutes le jour même de leur mise en ligne. Tu penses que je n’allais pas louper ça. J’ai arraché à la foule hostile de l’internet 2 tickets pour aller visiter .. heu .. je ne sais pas quoi. C’est pas marqué, en fait. C’est mystérieux. Ça parle d’une résidence d’artistes historique, bon.

Le jour dit, nous arrivons devant une magnifique grille, de celles où d’habitude tu te dis ah la vache j’aimerais bien avoir le code pour aller faire un petit tour.

IMG_3537

Et là, tu entres dans la villa des arts et c’est vraiment très intéressant. Cézanne, Picabia et plein d’autres types ont bossé là-bas, on y a tourné des films et tout ça. En 2006, des vilains promoteurs qui avaient racheté la villa pour faire des appartements de luxe (c’est MAL) ont été chassés à coups de boulettes de Libé mâché et la mairie de Paris, qui n’avait pas pu préempter le rachat du vilain promoteur parce que c’était en août (sic) a finalement racheté l’ensemble encore plus cher au promoteur viré. Ouf les artistes ont pu rester dans leurs lofts, et même que tout a été rénové.

Si vous voulez voir ça de plus près, c’est là :

http://www.lavilladesarts.org/

IMG_3580

Nous avons visité plusieurs ateliers, ceux dont les occupants s’estiment favorisés et pensent qu’ils doivent ouvrir leur porte aux autres parisiens. Bel esprit, dont nous avons bénéficié. La dernière visite était celle de l’atelier de Nicolas Schöffer. Et c’est de cette visite-là dont je vais vous parler.

IMG_3579

Accueillis au seuil de la porte par une petite dame coiffée comme un footballeur du Barça (cheveux courts, gominés et ramenés au centre à partir des oreilles, étonnant) nous entrons dans un immense loft, plongé dans le noir. La petite dame fait sa maîtresse d’école, nous dit de ranger nos manteaux et nos sacs dans l’entrée et nous demande de ne pas prendre de photos car elle souhaite que nous regardions les œuvres avec nos vrais yeux pour ressentir les choses en direct.

atelier-noir

Elle nous présente ensuite l’œuvre de Nicolas Schöffer, son mari, mort en 1992. Pendant de nombreuses années, il a conçu et réalisé des sculptures animées en inox. Ses sculptures tournent, bougent, font des bruits et s’animent de manière complètement aléatoire (sans ordinateur !), projetant des ombres et des lumières sur un écran en toile (ou en verre dépoli, je ne sais pas), placé devant la sculpture.

Cliquez ici pour voir la sculpture animée CHRONOS 10.

Et cliquez là pour voir ce que ça donne de l’autre côté de l’écran.

Aucune ombre, aucune lumière ni aucun bruit ne sera à nouveau recombiné de la même façon sur l’écran. Chaque seconde passée devant cette oeuvre est unique et ne se reproduira jamais. C’est très fluxus, en fait.

Les oeuvres cinétiques n’ont pour seule finalité que leur mouvement (oh ça bouge). Les sculptures de Nicolas Schöffer sont spatiodynamiques, elles résultent du mouvement de la sculpture et évoluent avec le temps et l’espace (ça bouge et ça produit une oeuvre).

Quand Eléonore Schöffer allume toutes les oeuvres présentes dans la pièce, c’est le feu d’artifice ! C’est Vasarely sous acide, Pink Floyd en technicolor. (Alors attention, quand même, pas de vert. « Le vert c’est la couleur de la nature donc on n’en met pas dans les créations humaines »). Moi j’ai vraiment ressenti là-dedans la quintessence des années 70. Une vraie machine à voyager dans le temps.

atelier-on

Elle nous a raconté aussi que des études ont été faites sur les effets de ces oeuvres sur le cerveau. Peu habitué à gérer des lumières et des fréquences pareilles, le cerveau développe des nouvelles connexions de neurones. Les oeuvres de Nicolas Schöffer nous rendent donc plus intelligents; « Regardez-moi ! » dit-elle avec beaucoup d’humour, du haut de ses 90 ans.

En partant, quand je lui ai dit que j’étais ravie de découvrir un artiste aussi intéressant dans un contexte aussi inattendu, elle m’a répondu : « Tant mieux ! les gens ne s’intéressent d’habitude qu’à ce qu’ils connaissent déjà. » Et puis elle a ajouté : « Ne mettez pas les photos sur facebook, laissez les autres découvrir tout cela eux-mêmes ». On n’est pas sur facebook, là, hein, il fallait bien que je vous parle d’elle…

 

 

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

3 réflexions sur “Une pépite

  1. … je laisse un commentaire : vilains promoteurs….. ouh là là ! je m’exprime sur cette qualification. Les promoteurs ne sont pas de vilaines personnes même si dans une catégorie de promoteurs, il y en a qui sont médiocres, parce que leur architecture est bon marché, rentable, et sans possibilité d’inscription dans le temps. Ou tout simplement parce qu’ils aiment l’argent, quoique le challenge se joue à chaque opération -on perd ou on gagne-.
    Et puis il y a les grands groupes Nexity, Bouygues, Marignan, Cogédim, etc… qui, eux alors, polluent beaucoup et qui ont surtout comme critère essentiel, la rentabilité.
    Mais quand notre blogueuse (!) dit « ouf, la mairie de Paris a racheté et même plus cher que ce que le promoteur avait acheté l’emplacement « ……. alors là je demande que l’on réfléchisse. Une mairie qui achète plus cher qu’un promoteur, c’est avec l’argent du citoyen, elle grève votre budget et de plus, elle n’achète pas au prix du marché, elle pollue donc les prix. C’est deux actions toxiques.
    Et j’en rajouterai une troisième : faire de la culture, c’est très bien mais pourquoi faut-il que ce soit une action publique ?
    Cette Villa des Arts est donc propriété de l’Etat, des habitants, artistes ou pseudo-artistes l’habitent sans en payer le vrai prix de location et pire, Monsieur Schoeffer étant mort, c’est madame qui l’habite alors qu’elle n’est pas artiste elle -même.
    La culture n’a pas le monopole de la gente socialiste, bien au contraire. Lire Michel Onfray à ce propos qui reproche à ces gens de gauche de tout s’approprier, la culture, la musique, la littérature, etc… Et comme dit cette Madame SCHOEFFER, gardons pour nous ces oeuvres, n’en divulguons pas les images…… Je dis, lamentable et cette dame profite, bien évidemment du système mis en place pour et par la gauche, au détriment des citoyens qui ont la générosité de partager, comme le fait Bernard Arnault. Pour lui la culture c’est 1/ construire un grand musée (il a fait travailler un nombre considérable e personnes pendant des années), 2/ il a acheté des oeuvres avec ses deniers, 3/ il en fait profité l’ensemble de la population, 4/ il continue en ouvrant ses salles aux musiciens………..et il terminera en donnant sa fondation dans 99 ans !
    Bref, incomparable attitude, oh combien inscrite d’avance dans l’histoire de la France !
    En résumé, je suis du même avis que Michel Onfray, bien que je ne dispose pas du bagage intellectuel de ce dernier, mais quand on a du bon sens et l’esprit critique, on peut s’arroger le droit d’être du même avis !.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *