Disney

Gogo

 

illustration toy story disney mickey personnages disneyland

Disneyland est la première destination touristique du pays le plus visité au monde (= nous, la France). QUINZE millions de personnes traversent la planète (ou l’île de France) pour acheter des peluches synthétiques et voir des mecs déguisés en Donald, c’est-à-dire deux fois plus de monde qu’il n’en vient au Louvre, deuxième destination française. Fichtre. Le marketing et le bouche à oreille fonctionnent bien car je me souviens d’avoir eu très envie d’aller aux Stazunis rien que pour voir ça quand j’étais minote. De toutes façons, difficile d’y échapper, si tu ne viens pas à Mickey, Mickey viendra à toi. Avec sa culture américaine de l’accessibilité. Et ça c’est top, car Disneyland est vraiment le royaume des gogos.

D’abord, Rose peut s’exprimer comme elle veut, crier, courir, tripoter le sac de tout le monde, elle est largement dans le QI moyen des visiteurs. Nous ne payons pas le parking et nous avons une place réservée au plus près de l’entrée. Autre avantage et pas des moindres, nous ne faisons pas la queue aux attractions (on rentre, tous ensemble, par la sortie, dans une file spéciale gogo). Sinon, on n’irait pas, pensez. Comme disent les Toufaits « QUOI ? faire 1 heure de queue pour 1 minute d’attraction ? ça va pas la tête ??  » (nous sommes bien d’accord). Le seul petit problème c’est que Rose n’aime pas faire les trucs qui foutent la gerbe genre space mountain et le train de la mine. Elle préfère les tasses, Dumbo, les trucs de bibou quoi. Alors je suis obligée de jongler entre ma bande d’ados en demande d’adrénaline et ma Poupette qui kiffe d’être là pour faire des bisous à Mickey.

De temps en temps, pour faire plaisir aux trois excités, j’oblige Rose à faire un StarTours ou un Ratatouille. (Elle ne fait pas trop la différence entre la 3D et la vraie vie, surtout quand le siège bouge en même temps …elle flippe grave). Bon, bref, passons. (Elle a survécu).

Pas de complexe chez Disney, tout le monde est gros, tout le monde a des couches, tout le monde est en poussette ou en chaise roulante. On bouffe tous des nuggets mal décongelés à 23,50€ la portion, servie par des étudiants étrangers qui ne comprennent rien mais c’est pas grave parce qu’ils connaissent les trois mots vraiment nécessaires. (frites, coca et pizza.)

A ce stade, généralement, la musique de SmallWorld commence à attaquer les nerfs des plus motivés d’entre nous. Mais il n’est que 13h, et c’est pas fini du tout. Les mômes commencent à partir en vrille, chacun veut faire une attraction différente hé c’est pas juste pourquoi c’est toujours lui qui décide, même pas vrai la dernière fois c’est toi qui a choisi sale menteuse, ah oui et c’est moi qui a voulu faire Buzz l’Eclair peut-être ?!? J’ai beau leur expliquer qu’il y a des parents qui dépensent un smic en un seul week-end pour faire 4 attractions dans la journée avec leur nain pendant que nous, on fait 8 tours d’Autopia en une demi-heure, ils s’en cognent et poussent Rose vers le Crush Coaster (des montagnes russes sous-marines à l’envers).

Il y a aussi de plus en plus de gogos dans la file spéciale des gogos qui entrent par la sortie. On se retrouve à faire la queue entre gogos de tous les pays, à zieuter les autres pour voir s’ils sont vraiment handicapés. Evidemment, on ne peut pas lutter contre les fauteuils roulants, ils sont prioritaires chez les prioritaires, ça ferait un peu désordre de les laisser se faire marcher dessus. Ceux qui ont une drôle de tronche sont juste derrière et ceux qui souffrent d’un handicap invisible sont clairement à la traîne, limite parias. Les humains sont ainsi programmés … nous avons toujours besoin de hiérarchie, même inversée.

Nous sommes très chanceux de pouvoir profiter de cet endroit de façon aussi privilégiée, même si on finit par en faire le tour. On n’aurait jamais pu venir s’amuser ici sans le passe-droit de Rose, mais venir trop souvent, c’est voir le fond de teint des princesses, les papiers gras, l’eau de javel de la rivière, le damart de la reine de Neiges.

La magie reste sûrement intacte pour les gens qui attendent 2 heures pour chaque tour de manège après avoir fait 5 heures d’avion et économisé pendant 6 mois.

C’est la vie. C’est moche.

THIBAULT BUNOUST / BAD DAY 1

https://www.galerie-sakura.com/expo/super-hero-super-normaux

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

12 réflexions sur “Disney

  1. C’est vrai que faire la queue, c’est juste épouvantable. J’y ai mis les pieds une fois pour l’amour de ma fille en lui faisant sécher une journée d’école (primaire) pour éviter le rush du week-end. C’était quand même éprouvant. Après, je me suis lâchement débrouillée pour que mon fils y aille avec des copains…et leurs parents. Mais il faut dire qu’il y en avait une (de mère) qui travaillait chez Coca-Cola ! Alors…
    Amitiés. Véronique.

  2. chère Zoe. je pleure de rire comme d’habitude. et incroyable ton article tombe parfaitement bien car nous allons dimanche à Disney fêter les 20 ans de Pierre , déjà conscients du bonheur d’être dans la queue des gogos ! je te raconterai. merci merci. je pl’eure de rire en pensant à l’éternel besoin de se hiérarchiser même dans la queue des gogos ! biz Zoe tu nous fais du bien

  3. Merci Zoé ! Quand je vois un nouvel article dans ma boîte c’est le premier mail que j’ouvre !
    Et c’est parti pour 2 jours de Small World dans la tête ;))

    1. Merci Marine ! oui, j’ai voulu vous faire profiter de cette petite mélodie entêtante … mon premier post piégé ! MDR

  4. ça m’interesse car nous y allons en décembre avec ma fille, autiste et une asso de parents et enfants handicapés.. Elisabeth et moi n’aimons pas les manèges qui flanquent la trouille et pas de frères pour insister donc nous n’irons pas! par contre on a le train et une nuit sur place.. bon on verra bien ! merci pour votre article, Juliette-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *