le trombi-clients

Boulot

Je n’ai pas parlé boulot depuis un certain temps, je m’en rends compte. Alors que c’est pourtant ce qui occupe mes journées, comme tout le monde. Si vous arrivez tout juste, bonjour, je suis illustratrice et on me paye pour fabriquer des images (calmez-vous les stagiaires, ce n’est pas aussi glamour que ça en l’air, je suis sur un mode d’emploi de sonde gastro-intestinale en ce moment et je vais bientôt attaquer pire – à suivre).

L’article d’aujourd’hui porte sur VOUS, mes petits clients chéris. Qui êtes-vous ? Quelle tête avez-vous ? J’ignore de le savoir comme diraient les inconnus, puisque je vous rencontre très rarement. Alors, je vous ai imaginés.


Le start-upper fringant

Il a 22 ans, il s’est exilé à Dubai pour la qualité de vie et la liberté fiscale. Il me tutoie d’office (Victoire ! il n’a pas vu que j’étais vieille) et hallucine que je ne travaille pas le week-end. Il jargonne de ouf pour ses briefs, un vrai régal : il voudrait des avatars pour le lab’ expérientiel de prospective agile pour un workshop de teambuilding des collabs d’une licorne en cours d’intro. Pour demain, c’est bon ?


La chargée de projet de collectivité locale

Elle me vouvoie depuis 20 ans et finit sa journée à 17h. Elle kiffe de faire travailler des artistes – ses collègues sont cantonnés à des tâches beaucoup moins funky – et s’adresse à moi avec déférence et admiration, comme si j’étais une star, un mix de Picasso et de la reine d’Angleterre. Elle paye à 30 jours fin de mois, c’est mon unique follower sur Twitter et c’est bien dommage. Tous les clients devraient être comme elle.


L’account manager d’atelier de design 

Là, c’est l’inverse : c’est elle la star, moi je suis la bonniche. Elle parle tout bas sans jamais utiliser aucune formule de politesse, perpétuellement et discrètement horripilée par mes réponses. Je veille à bien rester à ma place, en bout de chaîne, dernier maillon d’un projet qui ne verra peut-être même pas le jour, refusé au dernier moment par le client riche et odieux de ma cliente stressée et expéditive.


La vieille gloire d’agence de communication modeuse

Elle ne travaille que par téléphone et appelle 85 fois par jour pour demander des modifications au fil de l’eau, au cours de monologues dignes des meilleurs one-man-show de la scène internationale. Je ne sais pas si elle s’adresse à moi, à elle-même ou à ses stagiaires mais dans le doute, je note. Elle m’appelle mon chou et arrive à me faire faire à peu près n’importe quoi selon le planning qui l’arrange et des tarifs ridicules. Le talent à l’état pur.


Le prospect qui ratisse large

Il a demandé un devis à 850 illustrateurs par mail sans se donner la peine de personnaliser la formulation. J’ai deux atouts imparables pour filtrer le bon grain du guignol : d’abord, demander quelle image de mon site lui a particulièrement plu. Le motivé sait, le bad prospect n’a pas regardé mon book. Ensuite, je demande un acompte : le vrai client paye, le futur foireux se défile.


Le particulier limité

La hantise de l’illustrateur. Le gars qui veut un portrait gratuit de sa copine. Vu que le dessin c’est ma passion, ça devrait le faire, non ? En échange, il me fera de la pub auprès de son réseau. Je suis nulle en portraits et je ne travaille pas gratuitement, mais je m’applique toujours à le dire gentiment sous peine de me choper un avis google pourri du style « wesh elle bosse que pour l’argent, je déconsaille »

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

19 réflexions sur “le trombi-clients

  1. C’est tellement ça… On a les mêmes ! Et il y en a des tonnes… Ils font ma joie !!
    Le mieux c’est ceux qui vous disent : « Bon, on n’a pas de budget pour la maquette, mais ne vous inquiétez pas… on se rattrapera sur le prochain coup si ça ne fonctionne pas sur celui-là… De toute façon, dans l’agence on a plein d’autres budgets pour faire des choses très vite ensemble… Et puis on a un réseau de ouf ! »
    En 40 ans de métier, bien entendu JAMAIS une de ces promesses n’a été tenue…
    Bref, on ne lève son crayon, prend son micro, se met sur son clavier d’ordi ou commence n’importe qu’elle job pour quelqu’un que l’on ne connait pas ou une boîte pour qui on n’a jamais bossé sans que le virement d’un acompte ne soit déjà arrivé sur son compte. Un BDC signé ou une « preuve de virement », c’est du bullshit…
    Dans nos métiers se faufilent un tas d’inconséquents, de l’indépendant auto-proclamé « Founder » de sa Company qui se croit déjà arrivé alors que son K-Bis n’est pas encore sec, au DG de boîte internationale de 40 ans qui transpire tous les matins à son réveil en se demandant comment il va encore réussir au cours de la journée à faire illusion sur ses capacités alors qu’il touche 20 K€ mensuels en plus de son Audi de fonction… Le dernier en date, directeur de créa d’une des Big Five de la pub, m’a demandé la semaine dernière, sur un ton de connaisseur à qui on ne la fait pas, amoureux de la musique ayant lu tous les numéros de Rock & Folk depuis trente ans, si, sur un jingle que je lui faisais écouter en studio pour un de ses clients, on pouvait « remonter légèrement la piste du saxophone »… c’était une trompette !

    1. oh oh y’a du lourd. Merci Yves pour ce témoignage, je vous délègue mon prochain post sur le sujet c’est fort bien dit tout ça 🙂

  2. Oh c’est si pertinent et on pourrait en ajouter plein ! Le DA qui t’appelle un lundi pour un boulot urgent à rendre fin de semaine à qui tu dis « ok, je peux m’organiser pour caser ça » et qui t’envoie les docs le jeudi soir…

    1. Ou celui à qui tu envoies le travail hyper urgent le jeudi soir et qui ouvre le wetransfer le lundi suivant ….

  3. Zoé, j’adore ton blog. Tu as un talent fou, une énergie dingue, un œil de lynx, je dirais même un faisceau laser à la place des yeux. Du coup, faut pas t’la faire, hein? . Je ne comprends pas tous les mots. C’est frustrant, un vocabulaire de djeuns branchés mais ça me rajeunit « un peu » quand je te lis. C’est du plaisir à l’état pur qui rentre dans la maison. Merci Zoé !

  4. Comme d’habitude, je me suis régalée de ces différents portraits, il est vrai qu’étant retraitée le monde du travail ne m’occupe plus autant, mais il est vrai que nous avons eu l’occasion de rencontrer des personnes comme celles que tu nous as si bien décrites.
    Ne t’arrête pas, c’est génial.

  5. Vous connaissez ma mère ? L’illustration de la vieille gloire est son portrait « craché » : la bouche pincée, les traits anguleux et tot et tout … marrant quand même ! Merci de nous distraire avec ce regard et ce coup de crayons particulièrement aiguisés !

  6. merci
    on aime, on rit des le samedi matin à l’aube !! tu devrais venir faire les portraits des justiciables avec ta plume ciselée!!

  7. Chère Zoé, ton talent est inépuisable : transformer une réalité plutôt grise en un récit désopilant !
    Ces dessins, de vraies merveilles. Ce pinceau et cette plume redoutables me ravissent, bravo, merci, et vivement le tome 3 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.