le bout du rouleau

Gogo

Rose (ma fille handicapée de 12 ans, pour les nouveaux, salut ! ça va ?) est en pleine pré-crise de pré-adolescence. Encore un truc dont nos parents ne nous ont pas parlé avant qu’on fasse des enfants. MA crise d’adolescence était tout à fait justifiée. Mais celle de ma fille, c’est n’importe quoi ! Elle a tout pour être heureuse (voir l’article IME ) mais elle est chiante quand même. Incompréhensible.

Au début, on a été patients. On a fait des réunions à 2 de tension avec les pros pour se dire qu’il fallait qu’on soit patients; (moi j’ai demandé des médocs mais on m’a dit d’être patiente). On a essayé d’être encore plus à son écoute, de sévir, de la punir, de tout lui passer, de la coucher plus tôt, plus tard, de partir en week-end, de ne plus partir en week-end, de lui faire respirer le bon air de la campagne, de lui coller des baffes, rien n’a marché.

Pour résumer, quand Rose n’est pas contente, elle nous mord. Elle se jette sur nous en hurlant et nous mord, comme ça sans préavis. On a donc commencé par lui trouver un nouveau surnom (Shining); On a essayé de ne pas la nourrir après minuit, de la faire exorciser, rien à faire. Elle fait même SEMBLANT de me faire un câlin ou un bisou et SCHLACK, elle me mord. Rhâa l’enfer, le film d’horreur.

Elle attaque tout le monde, les éducateurs, les grands-parents, Axel, son père, moi. Et le chauffeur qui l’emmène à l’école le matin (et qui la ramène le soir) aussi. Le mec, il conduit tranquille et soudain, Shining l’attrape par-derrière et le mord à la jugulaire pour boire un bon litre de sang bien frais au petit dej. Hem, désolée comme disent les Toufaits.

Bon, donc j’ai été priée d’accompagner le chauffeur (matin et soir) pour assurer sa sécurité et celle des autres enfants du minibus. Héééé ben pas de problème ! Je ne savais pas quoi faire de mes journées justement ! Je me tape donc (matin et soir) le ramassage des tous les gogos puisque Rose est prise en charge en premier à l’aller et en dernier au retour OF COURSE). Je serpente joyeusement dans tout le 20ème arrondissement pour déposer les uns et les autres, en chantant des chansons et en maintenant ma fille plaquée sur son siège en mode contrôle de police musclé qui dégénère.

L’IME a fini par me donner une adresse de psychiatre pour voir Rose en consultation. J’ai pris rendez-vous et les seules dispo de la psy coïncident avec les heures ouvrables où Redrum est en classe à l’IME, bien sûr. PAS GRAVE j’ai pris une matinée pour l’emmener là-bas ! Avec plaisir ! C’est aux Buttes-Chaumont, mardi 11h. Je prépare le paquetage : Ipad, gâteaux, tigre en plastique (c’est le doudou-hyper-important du moment) couche de rechange, chéquier pour ces relous de médecins qui ne prennent pas la carte bleue, tickets de bus, matraque, chloroforme, camisole. OK ! On est parties.

Je n’ai pas pris de parapluie. Et c’est dommage car il pleut très fort et le cabinet de la psy est loin de l’arrêt de bus. Freddy Krueger aime bien faire de grandes pauses avec son tigre, immobile, sur le trottoir. (J’ai pris de la marge, on sera trempées mais pas en retard). On arrive devant l’immeuble juste au moment où une vieille dame en sort, pour promener son chien. La porte me claque au nez, je demande à la dame si elle peut me donner le code, histoire de ne pas passer 2 minutes à fouiller dans mon portable sous la pluie qui redouble.

Réponse de la dame : « non. »

Je dis : « Donc vous allez me laisser sous la pluie, à la porte, avec mon enfant handicapé ? »

Réponse de la dame : « oui ».

Rose restant pour une fois calme et stoïque, c’est moi qui ai dit « va chier la vieille, grosse vache, avec ton rat d’égout ». Elle est partie dignement. J’ai trouvé le code dans mon portable, je suis rentrée dans la salle d’attente, pile poil à l’heure comme d’habitude. (voir ma malédiction de ponctualité ici)

La psy a pris à 11h la patiente de 10h30 comme de bien entendu, me laissant une demi-heure supplémentaire de délicieux tête-à-tête avec Hannibal Lecter et son tigre. On a sorti la tablette et les gâteaux, et quand la psy est venue nous chercher, y’avait du boulot de rangement. Mais la psy m’a dit de tout laisser là, because ça craignait rien. On est allées faire la consultation, on est repassées dans la salle d’attente en sortant où un charmant monsieur arrivé entretemps m’a aidée à réunir mes affaires, on a pris un Uber et on est reparties.

Arrivée au bureau à 12h30 après avoir déposé Scream à l’IME, (viiiiiite il ne me reste que 3h pour bosser avant d’y retourner), j’ai voulu aller m’acheter un truc à bouffer pour le déjeuner. Mais y’avait plus d’argent dans mon portefeuille, ni de cartes bleues non plus. La psy a reconnu que c’était bête de m’avoir dit de laisser mes affaires dans la salle d’attente alors que le patient d’après était cleptomane;

Et on a aussi perdu le tigre, finalement.

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *