Gardien de musée

Métro

Dans la série des boulots vraiment relous, il y a aussi gardien de musée. C’est l’opposé du gestionnaire de copro, qui aimerait bien que tout le monde se taise : le gardien de musée, lui, adorerait qu’on lui parle au moins 10 minutes dans la journée.

Pour savoir un peu ce qui se passe dans la tête de ces malheureux, je suis allée enquêter sur l’Internet. Et je suis tombée sur le blog de Louvreboite qui nous raconte exactement ce que je voulais savoir : WTF-GARDIEN-DE-MUSEE ??? Mais ce gardien-là bosse au Louvre, et c’est très différent de ce que j’imaginais.

Le Louvre est une énorme machine, aux rouages compliqués (les agents ne comprennent même pas comment marche leur planning) et aux moyens sous-dimensionnés sur certains aspects (14 toilettes pour 60 000 m2 et un nombre de visiteurs compris entre 25 000 et 50 000 par jour, ahurissant). Les surveillants ne souffrent ni de la solitude, ni du manque d’action. Ils parcourent des kilomètres et bénéficient à ce titre d’une « prime de chaussures » annuelle de 32€.

Ils doivent renseigner les visiteurs, qui ne leur posent en fait que 3 questions, toujours les mêmes :

1 – où est la Joconde ?

2 – où sont les toilettes ?

3 – où est la sortie ?

gardien-de-musee-01

Enfin, ce n’est pas tout à fait vrai, ils demandent aussi où sont les Monet et les Van Gogh (à Orsay). Le buste de Nefertiti (à Berlin) et le masque de Toutankhamon (au Caire). Les Picasso (au musée Picasso). Pour que les gardiens ne soient pas à court de réponses, le Louvre a édité en interne pour ses employés un « guide des oeuvres d’ailleurs ».

De temps en temps, on leur demande une oeuvre en particulier : « vous savez, le tableau où une femme étend du linge » ou « une femme et un homme dans un paysage » ou encore (j’adore!) « le christ sur la croix ». Certains leur miment le tableau qu’ils cherchent.

Bon, finalement, c’est un vrai boulot (chiant) comme un autre.

Non, le vrai sujet de ce post c’est le gardien de musée désert. Le mec seul face au même tableau toute la journée. Celui qui bosse au Centre d’Art Contemporain d’Avrillac.

caca-04

Un splendide bâtiment de béton et d’acier, signé par le célèbre architecte Paul Proutel et érigé à grands frais par la grande région Auvergne-Rhône-Alpes-du-Milieu, afin que ses citoyens ne soient plus tenus à l’écart de la vie culturelle mondiale et que les acteurs de la vie artistique locale aient un lieu pour s’exprimer et être reconnus.

Le gardien de salle de cet endroit, les amis, n’a pas le droit de lire ni d’utiliser son smartphone. Seul face au monochrome de Whiteman 8 heures par jour, il souffre de pathologies mentales et d’acouphènes graves. Il parle tout seul et voit des gens qui sont morts.

 

gardien-de-musee-02-02

Ou pas.

 

 

 

 

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

6 réflexions sur “Gardien de musée

  1. Zoë a hérité du sens de l’humour de ses parents. Comme quoi, même Hollande (qui est fâché avec son père), n’a pas pu abolir les lois de la génétique…

  2. Bonjour et merci pour ce BLOG que je découvre grâce à Deedee ! Un vrai bonheur à tel point que je ris toute seule. Tout est tellement juste ! BRAVO

Répondre à Bigdreamer68 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *