Boomers vs Millennials

Métro

On a enterré Johnny.

Si tu ne sais pas qui c’est, tu es un millennial.

Si tu en pleures encore (et que tu trouves que je devrais te vouvoyer), tu es un baby boomer. Et c’est de vous deux qu’on va parler aujourd’hui, les amis.

Les baby-boomers, qui sont maintenant devenus des papy-boomers, ce sont les gens nés entre 1945 et 1960. Leurs parents, qui se sont tapés 1 voire 2 guerres, étaient classiques, rigides, économes. Les boomers, eux, ont reçu les trente glorieuses toutes cuites dans le bec et ont décidé de s’éclater et de profiter de la vie après une carrière professionnelle bien remplie de 40 années consécutives dans une boîte où ils sont entrés sur simple recommandation. Ils se nomment Daniel, Michel, Jean-Pierre, Françoise, Chantal et n’ont eu dans la vie qu’un seul et unique objectif : être à la retraite. Et ça y est ! ils y sont ! ils profitent, ils voyagent, ils jardinent !  On les appelle aussi les TPMG (Tout Pour Ma Gueule). Leur seule peur dans la vie c’est de rester avec un enfant célibataire sur les bras passé 35 ans (la honte). Ils font des concours de gendres et tiennent le compte des petits-enfants de tous leurs amis.

Pour nous joindre, ils laissent un message vocal qui dit juste : « rappelle-moi ». Ils tapent des SMS sur leur téléphone fixe. Ils se méfient de Fessebouc et de tous le réseaux sociaux qui ne sont que des repères de pédophiles comme chacun sait. En revanche, ils aiment bien cliquer sur le message qui leur annonce qu’ils ont gagné un IPhone ! Trop bien ! Il faut juste donner son numéro de Carte Bleue !

Illustration Baby-Boomer

Mais on les aime bien. Ce sont nos parents, d’abord, et ils savent vivre, il faut bien l’avouer. Faire la fête, fumer, boire, bouffer sont les mamelles de leur week-ends semaines pendant que nous faisons du sport, vapotons ridiculement et mangeons du chou Kale au petit-dej. Ils ne mettent pas leur ceinture de sécurité en voiture, fument des gitanes depuis 50 ans et draguent les femmes de leurs potes sans que personne n’ait jamais pensé à s’en plaindre. Ils ne connaissent pas trop le politiquement correct et savent encore rire de tout.

Les Millennials, eux, sont les bébés que nous baby-sittions il n’y a pas si longtemps que ça. Ce sont les stagiaires qui ont enfin trouvé un boulot payé. Ils sont nés entre 1980 et 1995 (ah ah !). Ils nous tutoient d’office, et ont appris à lire avec la méthode globale, ce qui explique leur abandon définitif des règles de l’orthographe et de la grammaire française. Ils sont très pressés, « veulent tout et tout de suite », ne communiquent que par messenger ou snapchat ou whatsapp ou SMS (au pire), même professionnellement.

Egocentriques et impatients, ils appartiennent à une génération qui « s’exprime plus et qui a moins de filtres ».

On leur a bassiné toute leur enfance qu’ils étaient « spéciaux » ce qu’ils ont traduit par « exceptionnels » au lieu de « sales gosses ». Ils ont « déconstruit l’espace de travail » (= ils jouent au baby foot au bureau), pratiquent le « travail d’équipe » (= emportent leur Mac à la cafète). Ils retournent chez leurs parents en pension complète au moindre petit burn-out.Illustration Millennial

Mais on les aime bien aussi. Ils sont rapides, réactifs et intelligents. Ils se mobilisent pour des causes qui leur tiennent à coeur et s’occupent beaucoup des autres, s’impliquent vraiment dans leurs engagements. Ils sont condamnés à être créatifs en terme de logement et de boulot parce que la vie a bien changé depuis les papy-boomers et qu’ils vont devoir sauver la planète, ce qui n’est pas rien.

Evidemment, ils n’ont pas les mêmes priorités que leurs aînés

 

Ceux qui ont vu le jour entre 1960 et 1980 font, eux, partie de la génération X. L’élite intellectuelle de la France, madame. Ceux qui BOSSENT, ceux qui font tourner le pays. Ceux qui payent les retraites des TPMG, ceux qui briefent les Millennials, ceux qui équilibrent laborieusement leur vie entre galères de boulot, corvées domestiques et adolescents en crise. Ceux qui ont commencé sans le web, sans téléphone portable et sans ordinateur et qui ont pris le train en marche avec brio. Ceux qui ne pourront jamais se payer leur résidence principale, ceux qui ont su se construire un avenir malgré deux septennats de Mitterrand, la génération sacrifiée puis ressuscitée.

On fait ce qu’on peut quoi.

ps : si tu as trouvé tout seul comment t’inscrire à ma liste de diffusion, tu es un millennial. Si tu es obligé d’appeler tes enfants pour qu’ils m’appellent pour me demander comment ils peuvent t’inscrire à ma liste de diffusion, tu es un boomer.

bisous

 

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

15 réflexions sur “Boomers vs Millennials

  1. Zouzou, tu aurais pu rajouter Alain et Bruno dans les prénoms des PapyBoomer. Je te précise cependant une petite erreur, à savoir que les chaussettes en fil d’Ecosse sont réservées à l’été et que l’hiver, c’est évidemment du cachemire !!
    Bravo pour tes billets, toujours aussi sympas.
    Très belles fêtes de Noël pour toi. Bisettes landaises des Ponpon

  2. Si bien croqué! Tout nos parents (même si je doute que Fanfan assortisse ses chaussettes en fil d’Ecosse avec son pull, l’assemblage des couleurs n’est pas son fort!), tout nous et tout nos stagiaires/jeunes embauchés. Bravo Zoé, quelle régalade de te lire! Bon Noël à toi et ta tribu! Bises
    Nadia

  3. Un article sur les baby-boomers, la génération X et les millenial à l’aube de 2018 ? Oups mademoiselle… vous êtes en retard de quelques années. Cela fait une petite décennie que ce sujet déjà ressassé maintes fois n’intéresse plus grand monde. Depuis que l’on a compris que cette classification bidon était faite que par des marketeurs et n’avait aucune réalité sociologique.
    Les aspirations et les comportements de la jeunesse sont à peu près les mêmes toutes générations confondues depuis les années 50. Et les vieux de demain auront vraisemblablement les mêmes aspirations que les vieux d’aujourd’hui !

    1. Désolée que cet article ne vous ait pas plu. Je ne prétends pas être à la pointe de la tendance, je partage juste mes pensées du moment, en essayant de faire rire au passage ceux qui s’y retrouvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *