Room Service

Gogo

Les vacances sont finies ! On va enfin pouvoir retourner au bureau et renvoyer les morpions à l’école, chez ces malades (les profs) qui sont payés pour s’occuper d’eux (contrairement à nous).

En plus de nous empêcher de travailler, ces machins ont besoin d’être nourris, divertis, sortis. Il faut les trimballer au cinoche (drame sur le choix du film), au mini-golf (drame sur le score final), à la piscine (plutôt crever) ou au parc (il pleut). Après on se tape des crêpes-au-Nutella, des Barbapapa-allez-steuplait, des juste-un-pain-au-chocolat, des têtes brûlées, des pitch-ô-mon-pitch à l’huile de palme ou des gâteaux industriels dégueu au packaging pourri. Après, c’est l’heure du caprice parce qu’ils n’ont pas encore assez de sirop de glucose dans le sang, puis la baston pour savoir lequel n’ira pas (ou ira, ça dépend des jours) se laver en premier.

Notre famille, heureusement, est une famille recomposée. Ce qui veut dire que nous n’avons les chancres mous tous réunis qu’un week-end sur deux seulement. Et le mercredi, un peu.

Zozo, c’est la bonne. Elle trouve en effet qu’il y a beaucoup de linge à laver. Surtout quand certains clients se débarrassent de toutes leurs affaires dans le panier à linge sale, tous les soirs, pull compris.(« Hé je vais quand même pas m’habiller pareil demain hein !?! »). Ces messieurs-dames sont de vraies gravures de mode, « je ne veux plus de ce jean il est moche » « j’aime pas les polos » « ah non moi je ne porte que des pulls à capuche ». Môssieur n’aime que les caleçons comme-ci, mâdâme n’aime que les culottes comme ça.

Rose, en revanche, se moque complètement de tout ça. Elle se fiche pas mal de partir en week-end chez son père en Cyrillus et de rentrer en Kiabi, de porter du 8 ans bouloché (alors qu’elle a 13 ans) et des pulls de supermarché en tergal couleur vomi.

Le truc, c’est que les pères ne veulent pas acheter de vêtements aux enfants car ce sont les mères qui ont les allocs et/ou les pensions alimentaires pour acheter les vêtements. Les mères, elles, ne veulent pas se faire chourer les fringues potables par les pères pendant les week-ends où ils ont les enfants. Il faut donc essayer d’envoyer son enfant chez son père avec les sapes les plus pourries possibles TOUT EN ESSAYANT de chopper les fringues bien de l’autre mère. Pas facile.

Surtout quand les (8 paires de) grand-parents s’en mêlent sans faire exprès en prenant (parfois) les enfants pour les vacances (« On a gardé le linge sale, on fera une lessive et ça servira pour la prochaine fois »). Argh. La « prochaine fois », ils auront tous 3 pointures et 2 tailles de plus, patate.

Là, je n’ai parlé que des vêtements. Il y a aussi les accessoires des activités extra-scolaires (raquettes de tennis, tenue de judo, legging de danse, crampons de foot), les affaires d’été (shorts, tongs, sandales, maillots de bain, lunettes de soleil, chapeaux, cartes enfant plus), et les affaires d’hiver (gros pulls, collants, combis de ski, écharpes, gants, bottes, manteaux, kway). Il y a aussi les « affaires spéciales » du père de Rose qui est bourré de tocs (crocodiles d’Alain, pass Disneyland pour Alain, demandes spéciales d’Alain). Tout ce fret navigue entre chez papa(s) et chez maman(s) en flux continu, géré de main de maître potelée par les enfants eux-mêmes, bien évidemment.

Voilà, voilà

ben voyons

Je passe sous silence les récoltes schtroumpfs et les dragons à nourrir sur l’Ipad en leur absence (pas de tablette chez maman), les carnets de correspondance TOUJOURS chez l’autre parent, tiens, tiens, les brosses à dents en 24 exemplaires et les surprises de dernière minute qui donnent toute leur saveur à nos week-end familiaux.

 

 

Partagez mon travail !

Recevez mes nouveaux articles dans votre boite aux lettres !

6 réflexions sur “Room Service

  1. Ça sent le vécu… je compatis ! J’ai eu la même chose ! Mdrrrrr. …(ça se dit encore ? Lolll c’est routard aussi ? Alors c’est quoi …genre j’me marre ? )

  2. AHAHAHAHAH elle est très très bonne celle-là ! bravo pour le design des petites créatures, c’est criant de vérité, et tellement drôle, comme d’hab. il y a des nouveaux métiers à inventer, jte le dis moi, secrétaire général de famille – chargé d’intendance – ou réhabiliter la bonne vieille gouvernante à moustache, bisous ma Zoé Génie. A vite. La Clarus.

  3. Cette semaine on a eu la variation en si bémol sur le thème « tiens je retrouve pas mes clés de la maison » x 2 et une improvisation sur « j’ai plus ma carte de bus »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *